Nuisibles


Nuisibles

Imprimer le contenu
nuisibles

Préconisations : frelon asiatique

frelon asiatique

Tous les ans, un piégeage pour les frelons asiatiques est installé sur la ville de Blain. Or, cette année, une étude du MNHN sensibilise sur les piégeages de frelons contre productifs. 

Cette étude préconise :

- d’éviter les pièges de printemps car ils diminuent la concurrence des reines entre elles (concurrence naturelle qui limite les fondatrices de l’ordre de 50%, or si on piège des fondatrices il y a moins de concurrence et plus d’installation de nids).

- d’attendre que viennent sur le marché des pièges plus sélectifs pour les généraliser sur un territoire et donc de cibler en attendant les pièges autour de zones sensibles entre juin et octobre.

- de confectionner des grilles de protection autour des ruches pour limiter la pression du frelon à la sortie de la ruche et donc limiter la mortalité et le stress des abeilles.

Cette année le service espaces verts va donc limiter le piégeage et les concentrer uniquement autour des zones sensibles tels que les ruches sur le secteur canal-château entre juin et octobre. Dans le cadre des actions pédagogiques « ruche », des ateliers confections de « muselières à frelons » (grille de protection à la sortie de la ruche) seront proposés aux classes.

Plus d'information :

Frelon asiatique : le piégeage tue trop de pollinisateurs ! - Office pour les insectes et leur environnement


Influenza aviaire

Aviaire

Dans le cadre du suivi du risque "influenza aviaire", je vous informe de l'évolution de la situation nationale.

Le ministre en charge de l'agriculture a en effet décidé, par arrêté du 4 mai 2017, d'abaisser le niveau de risque influenza aviaire en le qualifiant désormais de négligeable sur l'ensemble du territoire métropolitain. Cette décision tient notamment compte de l’évolution favorable de la situation sanitaire observée dans la faune sauvage française et de l’absence de cas récent dans les zones de provenance des oiseaux migrateurs présents ou circulant sur le territoire national.

En conséquence, les mesures de restriction qui avaient été mises en place depuis mi-novembre 2016 par les détenteurs de volailles n'ont plus lieu d'être.
En particulier, les volailles n'ont plus à être confinées.

La vigilance reste par contre de mise pour l'ensemble des détenteurs de volailles, toute situation anormale devant être signalée à un vétérinaire.

Pour plus d'information  :
http://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-la-france-passe-dun-niveau-de-risque-modere-negligeable


La pyrale du Buis

Buis

La pyrale du Buis (Cydalina perspectalis ou Diaphania perspectalis) est un papillon nocturne ravageur du buis qui prolifère de façon exponentielle dans tous les pays d’Europe et en France depuis 2008.

51 départements sont aujourd’hui touchés. Cette espèce d’origine d’Asie orientale (Chine, Japon, Corée) est sans prédateurs naturels connus dans nos régions et se plait particulièrement sous nos climats tempérés, sa chenille et son papillon sont très agressifs avec une forte capacité de reproduction d’une année sur l’autre.

Son régime alimentaire est principalement le buis mais dans ses pays d’origine elle peut également attaqués les fusains et houx. La chenille s’observe à différents stades sur les rameaux et feuilles, ses fils de soie (ressemblant à des toiles d’araignées) sont caractéristiques.

Il faut donc être vigilant et traiter les buis infestés sur toute la saison de végétation. De plus, des produits biologiques à base de Bacillus thuringiensis sont efficaces.

Plus d’informations sur : http://www.fredonfc.com/la-pyrale-du-buis.html


Chenilles processionnaires du pin

chenille pin

La FDGDON 44 propose d’organiser une campagne de lutte collective contre les chenilles processionnaires du pin. Les personnes souhaitant bénéficier de cette intervention doivent se faire connaître auprès de la Mairie avant le 1er septembre 2017, en appelant le 02.40.79.97.54.

Cette opération est payante :

De 1 à 5 arbres : 75 €.

De 6 à 10 arbres : 108 €.

Nous consulter pour les autres tarifs.


Chenille Processionnaire du chêne : la campagne de lutte 2017

chenilles

Cette année encore, la FDGDON 44 (Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles) va organiser une campagne de lutte collective contre les chenilles processionnaires du chêne.

Responsables de réactions allergiques parfois graves, en raison de leurs poils urticants, les chenilles processionnaires du chêne occasionnent également des dégâts aux arbres : défoliation, affaiblissement, préjudice esthétique…

En mai et juin, la FDGDON 44 interviendra chez les particuliers préalablement inscrits auprès de leur mairie (lutte collective) et sur les espaces publics, afin de limiter la prolifération des chenilles. Cette campagne de lutte est exclusivement biologique (Bacille de Thuringe), sans danger pour l’homme, les animaux et l’environnement.

Les personnes souhaitant bénéficier d’une intervention payante doivent s’inscrire auprès de leur mairie avant le 28 avril 2017. Une fiche d’information précisant le coût du traitement leur sera remise lors de l’inscription.

Inscription : Service urbanisme - Ville de blain - 02.40.79.97.54


Déclaration de dommages aux végétaux

Les déclarations de dommages sont nécessaires pour justifier des statuts juridiques des espèces (nuisibles, gibiers ou protégées) et adapter les mesures de gestion ou de protection de celles-ci.

 > Formulaire de déclaration

Vous pouvez aussi le retrouver sur le site www.fdgdon44.fr (déclarez les dégâts aux cultures).


Les ragondins et le rat musque

ragondins

Ces nuisibles causent des dégâts sur la commune et présentent des risques liés à la santé animale et humaine. Des opérations de piégeage sont régulièrement menées sur le territoire communal.


La qualité de l'Eau, tous concernés ! Adoptons les bons réflexes...

Limaces

Le cas d'un anti -limace : le métaldéhyde. 
Une pollution généralisée des ressources en eau de surface utilisées pour la production d'eau potable en région Pays de Loire a été observée à partir de la fin de l'année 2012. Elle résulte de la présence dans l'eau d'un produit chimique entrant dans la composition de certains anti limaces :le métaldéhyde. Cette pollution a été observée pendant les périodes d'utilisation de ce produit, c'est à dire à l'automne et au printemps. Pour d'autres pratiques, privilégions des modes alternatifs : voir ici